QUENTIN, 28 ANS, PARIS.

Quentin, c’est qui ?
Quentin, ou plus communément appelé Quenpote, c’est un pote à la compote. Vous savez, un de ces amis que vous ne voyez pas souvent mais qui, vous le savez au fond de vous, restera toujours un vrai copain. Un de ceux rencontrés sur les bancs de la fac et avec qui depuis maintenant 5 ans je fête le nouvel an. Dans la liste je n’oublie bien sûr pas Benjamin, Alexandrie et Marie. Des copains et maintenant des amis pour la vie (enfin, j’espère ! ahah.). Nous avons fait un bout de chemin ensemble et aujourd’hui chacun vis sa vie de son côté. Moi, je profite de tous séparément. Parce que pour moi ils ont ce petit quelque chose qui les caractérise chacun à leur manière. Coups de cœur des années fac pendant lesquelles on a quand même bien rigolé. Au fil des histoires et des années passées, je suis le maillon qui fait le lien entre tous et je les garde dans mon cœur.
Parce que selon moi, non seulement les vrais amis se comptent sur les doigts d’une main, mais en plus et je le pense sincèrement, nous n’avons pas besoin de nous voir souvent pour nous aimer tout le temps. Cette phrase est belle et vraie, vous ne trouvez pas ?
Mais retournons en à nos moutons.
Quentin c’est quelqu’un d’intéressant et de passionné. Quand il vous parle de quelque chose qu’il aime, il ne blague pas. Mais Quentin, avec son acolyte Benjamin (ou Benj’ pour les intimes), c’est aussi un grand enfant. Deux parts de lui-même, deux facettes qui font de lui quelqu’un de sérieux mais aussi un peu fou à la fois ! ahah. Perdu dans ses études il y a quelques années maintenant, il a su prendre son temps, se poser et réfléchir correctement. Aujourd’hui il a fini. Une situation stable à Paris, des amis qui l’entourent, il profite à fond de sa liberté et continue de rêver !
Chez Histoiredeuxsoeurs, il était donc évident pour nous de proposer à Quentin de participer à ce mois spécial amis, famille, proches et il a relevé le défi haut la main ! Nous lui avons posé la question suivante : Est-ce une bonne résolution de prendre de bonnes résolutions à chaque début d’année ? Et c’est avec plaisir qu’il a rédigé un petit texte-débat sur le sujet.
On vous laisse avec celui-ci et à très vite sur le blog !
 
Est-ce une bonne résolution de prendre de bonnes résolutions à chaque début d’année ?
Vous avez déjà du y réfléchir. Ou peut-être pas ; alors c’est le moment. Car c’est inéluctable, vous allez devoir y répondre.
Alors, quelles sont tes bonnes résolutions pour cette nouvelle année ?
 
Éternel recommencement
C’est d’ailleurs bien souvent la question qui ouvre la nouvelle année, et donc la première réponse que vous offrez.
Réponse, avouons-le, la plupart du temps plate et ennuyeuse : « faire plus de sport », « manger équilibré », « mieux gérer mes finances »… Autant de résolutions qui n’existeront que durant l’instant de leur formulation. Des résolutions qui sonnent comme un aveu d’impuissance ; comme l’annonce d’un naufrage attendu.
En effet, pourquoi attendre le passage d’une année à l’autre pour se prendre en main ou pour s’autoriser enfin à vivre pleinement sa vie ?
Probablement pour la symbolique de cette transition : comme si la feuille redevenait blanche entre 23h59 et minuit, comme si l’histoire pouvait recommencer. Mais ne vous leurrez-pas : rien ne s’efface, rien ne recommence, tout continue. Vous n’avez pas fait beaucoup de sport en 2016 ? Vous n’en ferez pas plus en 2017. Ou peut-être les deux premières semaines de janvier, comme une réponse à tous vos excès.
Quel est donc le mécanisme à l’œuvre derrière cette illusion dont nous sommes à la fois créateurs et victimes ?
Résolution ou ré-solution ?
Il paraît nécessaire de comprendre ce qu’est véritablement une résolution. En effet, le terme est polysémique, donc trompeur : « action de résoudre un problème », « fait de passer d’un état à un autre », « volonté d’accomplir quelque chose », « disposition d’esprit de quelqu’un qui ne se laisse pas détourner de ses entreprises ». Lorsque nous croyons prendre une bonne résolution, nous nageons en réalité dans la représentation vague que nous avons de ce mot.
La résolution, entendue comme le fait de résoudre un problème, comporte donc une notion de transition, de rupture ; de passage d’une situation identifiée comme négative à une situation fantasmée, positive.
Paradoxalement, si l’on comprend « résolution » comme le fait de ne pas se détourner de ses objectifs, alors le terme revêt l’habit de la continuité.
C’est peut-être là que se trouve le nœud du problème : qu’exprimons-nous véritablement au moment ou nous dévoilons nos résolutions ? Une volonté de rupture ou bien un désir de continuité ?
Vous l’avez sûrement constaté : les résolutions forgées sur l’autel de la rupture sont celles qui ne survivent pas. En revanche, celles qui expriment la volonté de « continuer à » plutôt que de « commencer à » sont bien souvent plus solides.
Nous mettons à jour le vrai sujet de fond : parler de résolution, c’est parler de changement. Et le changement n’est pas un acte de rupture, mais bien de continuité. Un véritable changement, comme une habitude de vie, s’opère sur le long terme. Ce n’est pas une pulsion, c’est une impulsion. Vous souhaitez perdre du ventre ? Deux semaines d’abdos n’y feront rien, à part quelques courbatures qui vous donneront l’impression d’avoir des muscles. En revanche, un véritable programme s’échelonnant sur plusieurs mois, combinant activité sportive et équilibre alimentaire vous apportera bien plus de résultats.
Fenêtre & escalier
Le changement est une disposition d’esprit ; une attitude. Changer requiert de la réflexion, c’est un processus qui ne saurait être réduit à sa simple expression : ce que nous appelons résolution. Mark Twain l’avait bien compris : “on ne se débarrasse pas d’une habitude en la flanquant par la fenêtre, il faut lui faire descendre l’escalier marche par marche”.
Alors cette année, résistez : ne jetez pas vos bonnes résolutions par la fenêtre, faites-leur emprunter l’escalier. Et pour cela elles auront besoin de tout votre soutien, surtout après quelques coupes.

 

Milles mercis Quentin pour ce joli texte, poétique et symbolique en ce début d’année 2017.
Tu as su trouver les mots justes, nous faire relativiser et déculpabiliser ! 😉

 

& vous, des bonnes résolutions ? Suivrez-vous les conseils de Quentin ?

 

2 Comments

  1. Très bel article sur les résolutions. On est bien d’accord si on avait à chaque fois la possibilité de tout remettre à 0 le 31 décembre à 23h59 on en serait ravi enfin du moins pour ma part … C’est une sorte de rituel un peu bizarre ce nouvel an je trouve, et oui si l’on souhaite véritablement changer pourquoi ne pas le faire dès que l’on peut? Assez complexe cette histoire mais en tout cas hâte de vivre cette nouvelle année qui je l’espère sera meilleure que les précédentes! Et puis hâte également de lire la suite de vos articles les filles bisous

    • Coucou Charlotte ! 🙂
      Merci pour ton commentaire et en effet, ça ne fonctionne jamais comme on le voudrait mais comme Quentin l’explique,
      peut-être vaudrait-il mieux continuer sur nos lancées précédentes plutôt que de vouloir en créer de nouvelles.
      Ce sont les listes à rallonge qui compliquent notre quotidien bien souvent !
      Nous sommes ravies que le blog te plaise et à très vite,
      Coralie & Marine

Laisser un commentaire