23 septembre 2016 – La nouvelle Bordelaise #Streetstyle

PERRINE, 21 ANS, DE PARIS À BORDEAUX.

img_4928
Cela fait trois semaines maintenant que Perrine a posé ses valises avec son chéri à Bordeaux. Parisienne en école de commerce, haute comme trois pommes mais avec un coeur groooooooooooos comme un éléphant, Perrine c’est la mignonitude incarnée. Elle a du style, elle a du goût et ça se voit sur Instagram.
Attention, compte à suivre absolument – Blancnooir !
Nous nous sommes rencontrées il y a de cela trois ans maintenant et entre nous ça a tout de suite collé. Perrine est elle aussi tombée amoureuse de Bordeaux, elle aime la mode – c’est d’ailleurs ce qui nous lie depuis le début – mais elle a aussi les mêmes objectifs de vie : être autonome, profiter, bouger et voyager. Nouveaux départs dans une même ville, au sein d’une même école et en ayant les mêmes envies d’entreprendre…je sens que cette année va être folle !
Après ça, Perrine, on ne vous la présente plus ! 
Habituée des streetstyles pour le blog, elle en est à son troisième depuis notre lancement et ce n’est pas près de s’arrêter car chez Histoiredeuxsoeurs, ON ADORE !
On vous laisse donc découvrir un look street et plutôt cool qui mixte de très bons basics comme Perrine sait si bien le faire & on vous dit à très vite sur le blog !
Bon week-end à tous,
XX
img_4930 img_4931 img_4937 img_4939
Un total look Bershka – co actuelle ✖ Chaussures Reebok Classic – modèle homme ✖ Un bracelet de Thaïlande img_4942 img_4963
img_4943 img_4969

img_4945

Signature (272x63)

21 septembre 2016 – La fille qui n’a jamais d’argent en stock #2

HUMEUR DU JOUR, BONJOUR. 

Processed with VSCO with p5 preset

Hi Guuuuuuys ! 
Je vous confiais il y a quelques temps maintenant au sein d’un article La fille qui n’a jamais d’argent en stock mon envie incessante d’acheter. Je vous évoquais mes problèmes en tant qu’acheteuse compulsive et les répercussions que cela entraînait dans ma vie de tous les jours.
Aujourd’hui et après six mois passés en Australie, les dépenses en vêtements se sont nettemment calmées -au profit des soirées, ce qui finalement en revient à peu près au même. J’ai appris énormément de choses vis à vis de moi en voyageant et notamment sur le pourquoi de ces excès : Pourquoi est-ce que je ressens ce besoin incessant d’acheter toujours plus de vêtements ? Qu’est ce que cela m’apporte au quotidien ? Qu’est ce que cela m’apportera demain ? & après-demain ? & dans quelques années ?
Australie vs France –  deux manières bien différentes de vivre et appréhender l’autre 
Après avoir emmené la moitié de mon dressing à l’autre bout du monde, j’ai pu apprendre une chose essentielle lors de mon périple australien : je n’aurais jamais dû ! Le strict minimum aurait suffit. Car en effet, en Australie, peu importe ton style, tout le monde s’en fou. Il n’y a pas ce problème du regard des gens, de cette tendance à évaluer le style de ton interlocuteur afin de savoir si cela aura un impact ou non sur votre relation. Personne ne se critique. Personne ne se juge. Chacun vis sa vie sans se soucier des conventions sociales, de ce qu’il faut porter ou ne pas porter car peu importe que l’on soit maquillé ou non, habillé sportswear, classique, rock, punk, hippie, rap ou autres, tout le monde se parle. Il n’y a pas de frontières entre les genres car dès leurs débuts à l’école, les élèves portent tous un uniforme du primaire jusqu’au lycée et même bien souvent à l’université. Les distinctions disparaissent donc dès le plus jeune âge. Tout le monde se ressemble et s’assemble. L’impact sur les relations n’est donc pas le même et c’est ce qui m’a plût. L’ouverture d’esprit, la générosité et la spontanéité des Australiens sont incroyables et c’est ce qui malheureusement nous manque énormément en France.
Ici, les codes sont tout autres. Bien sûr, je n’accuse personne à travers cet article car chacun est libre de faire ce que bon lui semble. Moi même, j’aime prendre soin de moi et m’habiller comme j’en ai envie. Seulement je trouve cela dommage qu’il existe cette barrière entre nous. Cela nous empêche de rencontrer des personnes incroyables avec lesquelles nous n’aurions jamais échangé en règle générale. Car au-delà du look, de ce que chacun dégage ou de toute autre barrière sociale et sociétale, vous seriez surpris de rencontrer de belles personnes.
L’école, une étape cruciale dans la construction de soi et du regard que les autres portent sur nous
Avec les étapes importantes que sont le collège et le lycée et les critiques incessantes que l’on peut entendre de ses camarades (si l’on peut dire camarades dans ce cas-là) au cours de ces premières étapes de la vie, ce passage de la vie d’enfant à celle de la vie adulte, j’ai très nettement changé ma façon de penser et de m’habiller. On se cherche, on se perd et l’on explore. Les critiques ne se font pas rares. On dit qu’elles nous font grandir mais en même temps elles restent ancrées en nous. Et depuis ces années, je n’ai cessé de me chercher un style, quelque chose qui corresponde à ma personnalité, à mon genre. Quelque chose qui plaît aussi, peut-être, sûrement. Je suis quelqu’un d’énergique, de spontanée. J’aime rire, échanger, discuter. Je suis dynamique et j’aime les gens. C’est d’ailleurs pour ça que j’ai choisis le monde de la communication. Et avec cela mon look.
Un look pop/rock comme je les aime ! 
Mon look parfait ? Un joli jean gris chiné ET déchiré/troué ✖ un t-shirt blanc OU une chemise piquée au boyfriend ✖ Un perfecto OU un cardigan ✖ Des petites bottines noires à talons ✖ un chapeau et un sac assortis ✖ Une grosse montre et quelques accessoires dorés. 
Le look c’est ce qui fait selon moi une personnalité. C’est ce qui définit une personne et qui lui donne de l’assurance. Au fil du temps et après quelques années je me rend compte que mon style me permet de gagner en confiance en moi. Il est ce rempart qui me permet de faire face à la méchanceté des autres. Il me permet de m’assumer, de me donner confiance en moi. De montrer que moi aussi, j’existe. Cela peut peut-être paraître enfantin mais depuis les années critiques pré-bac et les nombreuses critiques que j’ai pu recevoir, j’ai ce besoin de bien m’apprêter et de faire attention à moi. Le regard des autres m’importe beaucoup car il me permet d’obtenir une certaine forme de reconnaissance. Et cette reconnaissance, je la gagne aussi à travers notre bébé blog car elle me permet de m’exprimer dans ce que j’aime. Finalement, les mauvaises choses laissent place aux bonnes choses.
La question qui me vient alors est donc : vaut-il mieux se sentir bien dans ses vêtements pour se sentir bien dans son corps ? 
Deux points ressortent alors : la consommation responsable (face à la consommation de masse) & l’éthique. Par consommation responsable je veux dire que la mode étant une passion depuis toujours maintenant, je remets peu à peu en question mes pratiques. Je réfléchis à consommer moins mais mieux, ce qui reste assez difficile dans mon cas. Mais il ne faut jamais perdre espoir ! Par éthique je parle de mes fondements moraux qui peu à peu évoluent, se modifient au fil du temps et des rencontres. De ce que j’ai appris grâce à l’éducation Australienne vis-à-vis de ce que nous vivons en France. Et je pense que nous devrions d’abord apprendre à s’accepter tels que l’on est et s’ouvrir aux autres pour pouvoir se sentir bien dans ses vêtements. Car finalement, les vêtements ne sont que superficiels et au-delà du fait qu’ils nous redonnent confiance en nous, il faut d’abord que l’on s’aime les uns les autres. Il faut que l’on apprenne à se connaître au-delà des apparences pour s’apprécier vraiment dans nos vêtements. Pour moi, le processus se fait à l’envers ce qui devient beaucoup plus difficile, cela prend du temps mais comme le dit une célèbre expression : tout vient à point à qui sait attendre ! Je travaille dessus et mon voyage m’a apprit énormément.
Voyage, voyage..
De jeune fille timide et réservée, je suis passée à une femme spontanée et avenante. De mon expérience Australienne j’y ai appris énormément de choses, j’en suis revenue grandie. Je me fou désormais du regard des autres et je m’assume t’elle que je suis. A chacun son style, à chacun sa vie ! Personne ne peut plaire à tout le monde. Tant que l’on se sent bien dans ses baskets, c’est le principal. Ainsi l’on profite mieux de la vie, des bonnes et belles choses, des rencontres que l’on fait au fil de nos voyages. Le plus important étant de savoir s’ouvrir au monde et aux autres. Pouvoir échanger avec des gens de tous milieux, de tous horizons et de tous styles. Savoir se mélanger, se découvrir, s’apprécier et s’adopter.
Car au-delà du style, il y a de vraies personnalités.
& vous, qu’en pensez-vous ? 
XX